5 trucs à faire avec ses plantes quand on ne peut pas sortir de chez soi

écologie, DIY, Jardinage et botanique
étagère à plantes

Je voulais pas parler de confinement parce que ça va rester après cette période troublante et que ça risque de rappeler de mauvais souvenirs à certaines personnes mais en réalité je crois qu’on ne peut pas l’éviter. Dans cet article je vais vous donner des idées pour vous occuper de vos plantes avec ce que vous avez chez vous. Parce que par exemple, j’avais décidé de rempoter mes plantes mais sans terreau je risque de ne pas aller bien loin. Allez, c’est parti !

Mes plantes d’interieur (+ mini guide)

Non classé
Beaucoup de personnes me demandent souvent des conseils en terme d’entretien des plantes d’intérieur et quelles plantes je possède à la maison. Je me suis enfin décidée à faire un petit recensement (qui m’a quand même pris pas mal de temps) et de l’accompagner d’un mini guide pour ceux qui disent ne pas avoir « la main verte ». Vous allez pouvoir découvrir mon petit monde végétal ainsi que les plantes adaptées à votre situation et orientation!

Lorsqu’on arrive à notre étage se trouve une immense fenêtre éclairant les escaliers. C’est ici que nous avons mis la majorité de mes plantes étant donné que l’appartement est assez petit. Le long de la fenêtre se trouvent mes cactus et succulentes qui profitent du soleil direct toute la journée. J’ai profité de la rambarde pour y placer deux plantes retombantes et l’une d’entre elles est en train de faire plein de nouvelles fleurs, signe qu’elle se plaît à son emplacement! L’autre en revanche a l’air de ne pas trop apprécier les journées de forte chaleur,je l’ai depuis déplacé à l’intérieur de l’appartement où il fait moins chaud et il s’y plaît beaucoup plus!

Rebord de fenêtre 1. Agave americana 2. Delosperma sp 3. Opuntia microdasys 4. Graptopetalum paraguayense  5. Adromiscus sp 6. Graptopetalum sp 7. Cereus sp  8. Opuntia rosea  

Haut des escaliers 1. Scindapsus pictus 2. Hoya bella

plantes dans la cage d'escalierplantes dans la cage d'escalier

Voici donc les plantes de mon escalier qui comme vous pouvez le constater sont en très grand nombre. Heureusement pour moi, il y a une majorité de cactus, de succulentes et de plantes à caudex (à tronc renflé). Je n’ai donc pas souvent besoin de les arroser et elles aiment la luminosité ainsi que la chaleur qui s’installe dans la journée. La nuit, les températures ne descendent pas en dessous de 12°C ce qui est parfait pour ces plantes de milieu aride.
Rebord 1. Ficus benjamina 2. Crassula ovata 3. Partenocissus striata 4. Eucharis amazonica 5. Euphorbia globosa 6. Sanseveria cylindrica 7. Aloe vera 8. Haworthia pentagona 9. à déterminer 10. Astrophytum myriostigma 11. Opuntia ficus-indica 12. Cissus rhombifolia 13. Sanseveria trifasciata 14. Rhaphidophora decursiva 15. Echinocactus grusonii 16. Sanseveria sp 16. Ferocactus sp 
Angle pallier 1. Chlorophytum comosum 2. Spathiphyllum wallisii 3. Ficus pumila 4. Philodendron ‘Brazil’ 5. Dioscorea elephantipes 6. Dorstenia foetida 7. Bowiea volubilis 8. Onithogalum caudatum 9. Pachypodium sp 10. Monstera deliciosa variegata
plantes dans l'entréeplantes dans la salle à manger

L’entrée et le coin salle à manger sont les deux endroits de l’appartement les plus végétalisés. Ils disposent de deux velux apportant un maximum de luminosité pendant la journée sans soleil direct. Il y a donc principalement des plantes d’ombre et mi ombre.

Entrée 1. Zamioculcas zamiifolia ‘Raven’ 2. Chlorophytum comosum variegatum 3. Epipremnum aureum 4. Paphiopedilum ‘Pinocchio’ 5. Gasteria sp 6. Spathiphyllum wallisii 7. Sanseveria sp

Salle à manger 1. Kentia forsteriana 2. Monstera obliqua 3. Philodendron ‘Atom’

décoration pour pièce sans lumièredécoration pour pièce sans lumière

Dans la chambre et la salle de bain il n’y a pas assez de luminosité pour que je puisse mettre de plantes. Même les plantes d’ombre ne survivraient pas à un tel manque de lumière. Pour avoir un peu de verdure dans ces deux pièces, j’ai décidé d’y placer des vases avec des déchets de taille venant de mon travail (je suis jardinière) ou de dégâts collatéraux provoqués par la folie de mon chat ou bien lorsque qu’une séance de cueillette tourne mal comme pour cette branche de sureau arrachée malencontreusement. Ne vous fiez pas aux feuilles de bananier placées dans la chambre, c’était un test et elles n’ont même pas tenu 24h en vase.

Mini guide

Je me refuse de dire que quelqu’un n’a pas la main verte. Chacun peut s’occuper de plantes tant qu’il saura lesquelles sont adaptée à son mode de fonctionnement, à savoir si vous êtes un désert vivant ou un arroseur fou, mais aussi à la lumière disponible dans votre appartement. J’ai donc décidé de vous faire une liste prenant en compte plusieurs paramètres. Cette liste est dressée à partir de mes expériences personnelles. Vous en trouverez d’autres mais pour ma part certaines plantes y figurant n’ont soit pas résisté au manque de luminosité de mon ancien appartement soit le fort arrosage qu’on leur prête n’était pas si adapté que ça.

Appartement peu lumineux – tendance à trop arroser

C’est le cas de beaucoup d’appartements parisiens malheureusement. J’entends appartement peu lumineux lorsque le soleil ne baigne jamais votre pièce ou alors très peu c’est-à-dire moins de 2h par jour. L’avantage avec votre situation, c’est que beaucoup de plantes tropicales se plaisent à l’ombre et ont besoin d’une humidité constante. Sans pour autant les noyer. Il faut partir sur le principe qu’être arrosée tous les jours ne plaît à aucune plante d’intérieur. Ou alors il faudra réduire drastiquement les quantités pour ne pas étouffer les racines. Un bon arrosage une fois par semaine (voire 2 fois) est donc à prévoir pour ces plantes:

Monstera deliciosa – Monstera obliqua – Scindaspsus pictus – Scindapsus variegata – Epipremnum aureus – Spathiphyllum wallisii – Spathiphyllum kochii – Cissus striata – Parthenocissus striata

Appartement peu lumineux – tendance à peu arroser

Qui aurait cru que l’on puisse avoir des plantes de milieux arides dans un appartement peu ensoleillé? Normalement on associe ces plantes au soleil mais en réalité il se trouve que de part ma propre expérience dans mon ancien appartement en rez-de-chaussée, certaines se sont vraiment plu même avec zéro soleil dans la pièce. Attention tout de même, aucune plante ne supporte de vivre dans le noir, il faut tout de même qu’il y ai une fenêtre et les placer à proximité de celle-ci. Pour l’arrosage, chez les plantes type cactus ou « grasses » (dont le feuillage est épais), 1 arrosage par mois peut suffire. Pour les autres, il devra être un peu plus fréquent mais elles supporteront un oublie occasionnel:

Sanseveria trifasciata – Sanseveria cylindrica – Echinocactus grusonii – Opuntia ficus-indica – Schefflera arboricola – Zamioculcas zamiifolia

Appartement lumineux – tendance à trop arroser

Avoir un appartement lumineux est un véritable avantage car vous allez pouvoir placer les plantes citées plus haut dans la catégorie « tendance à trop arroser » mais cette fois-ci en les plaçant loin d’une fenêtre car elles supportent mal le plein soleil même si certaines apprécient tout de même ma cage d’escalier très ensoleillée. A voir donc, il faudra surveiller leur comportement de votre côté. Pour le reste je peux vous conseiller ces plantes:

Chlorophytum comosum – Chlorophytum comosum picturatum – Kentia forsteriana – Ficus pumila – Paphiopedilum (la variété ‘pinocchio’ fait plusieurs fleurs dans l’année) – Phalaenopsis hybrida – Hoya carnosa – Ficus benjamina

Appartement lumineux – tendance à peu arroser

Ici, vous allez pouvoir adopter les plantes de la liste pour appartement ayant peu de luminosité en veillant à éloigner de la fenêtre le Schefflera qui ne supporte pas le soleil direct. Les autres apprécieront d’être proche des fenêtres. Voici d’autres plantes qui supportent le manque d’arrosage et qui aiment surtout une pièce baignée de lumière:

Aloe vera – Aloe ferox – Beaucarnea recurvata – Haworthia – Euphorbia trigona – Euphorbia obesa

Vous êtes plutôt arroseur fou ou désert humain?
Quelles sont vos plantes préférées?

Je suis partie en randonnée…seule

Non classé
auto portraitsignalisation
On a toutes de bonnes raisons d’avoir peur de faire des choses seule et surtout quand il s’agit de randonnée. On se trouve dans un endroit que l’on ne connaît pas forcément ou mal, face aux éléments et avec l’appréhension de faire une mauvaise rencontre. Pour ma part j’ai vu beaucoup de films d’horreur avec à la clef un groupe entier décimé par un psychopathe ou un ours affamé qui pourchasse un joli couple pour les dévorer. Sans parler des gens qui se retrouvent coincés pendant des jours  et des jours après une mauvaise chute. J’ai décidé de passer outre ces peurs grâce à de nombreuses sportives qui tenaient toutes le même discours « heureusement qu’il y a la peur sinon je ne serais pas attentive ». 
Et elles ont raison. Le danger est partout. On peut se faire renverser par une voiture en bas de son propre immeuble ou même être rongé par un cancer alors qu’on n’a jamais bu ni fumé. Alors j’ai décidé de ne plus me mettre de freins et de faire les choses que j’ai toujours eu envie de faire. A travers mon récit personnel je vais pour expliquer comment j’ai su me rassurer en m’équipant comme il faut et en préparant minutieusement mon départ. Pour que celles (et ceux) qui veulent terriblement tenter cette expérience sans arriver à sauter le pas puissent le faire enfin.
paysage de l'Aubracpic nique

La préparation
Avant de me décider à partir j’avais déjà regardé quelques vidéos de randonneuses solo donnant quelques conseils pour celles qui voudraient se lancer. J’avais déjà quelques objets utiles et quelques notions sur quoi emporter en randonnée. Même si ce n’est que pour quelques heures il faut toujours prévoir l’éventualité de devoir passer une nuit en forêt. Voici ce que j’ai emporté avec moi:
– Mon téléphone chargé à 100%
– La carte de la randonnée
– Une carte plus précise de la région
– Une boussole
– Une lampe torche
– Une bonne polaire
– Un miroir (pour signaler sa position au cas où je me perdrais)
– Des allumettes (mais mon fire-steel aurait été 100x mieux en cas d’humidité)
– Un casse-croûte (pour deux repas au cas où il faudrait passer la nuit dehors)
– Une gourde remplie d’eau
– Une popote (au cas où je n’aurais plus d’eau potable et qu’il faudrait en faire bouillir)
– Une petite trousse de secours
– Des mouchoirs en tissu
– Un bon couteau dans une poche 
  (pour se rassurer mais aussi au cas où il faudrait construire un abri ou autre)
– Un pepper spray dans l’autre poche 
  (rassurant, toléré par les forces d’ordre lorsque détenu par une femme)
– Un chapeau de paille
– Un foulard
– Des vêtements confortables (jambes et manches longues)
– Une paire de chaussures de randonnée montante pour le maintien de la cheville 
  (car randonnée en montagne pour ma part)
– Un sac à dos
Avant de partir en randonnée il faut toujours prévenir quelqu’un de son départ mais aussi et surtout lui donner son parcours ainsi que l’heure de retour prévue. Moi je l’ai donné à ma mère qui en plus connaît bien les lieux. Et pour me rassurer et la rassurer un peu plus, je lui faisait des mises à jour par texto presque toutes les heures (en précisant l’heure d’envoi du message au cas où le message n’arriverait pas directement car ça capte quasiment pas dans la forêt où j’ai randonné). En revanche il ne faut surtout pas donner sa position en temps et en heure sur une quelconque application!
Aubrac en fleursfleurs en bord de route
vaches Aubracbord de route

Le vent: faux ami
La randonnée partait assez loin de mon domicile du coup j’ai préféré partir à pieds de la maison plutôt que de me faire déposer à son départ. J’avais donc 1h de marche le long de la route sur le plateau de l’Aubrac avant de rejoindre la lisière de la forêt. Il y avait énormément de vent et contrairement à ce que l’on pourrait penser, il s’agit d’un faux ami. En effet, on se dit: « chouette je vais avoir moins chaud comme ça! » mais en fait le vent a deux inconvénients. Le premier, c’est que s’il souffle à contre sens, vous allez donner beaucoup d’énergie pour avancer. Et c’était le cas pour moi pendant presque toute cette partie de la randonnée. Le deuxième inconvénient, c’est que le vent dessèche. La peau et la bouche. Petit astuce pour éviter d’avoir la bouche sèche trop vite, prendre une gorgée d’eau et ne pas l’avaler tout de suite. Gardez-la en bouche le plus longtemps possible pour avoir une sensation d’hydratation plus longue.
à l'orée du boischevreuil

La rencontre animale
Une fois arrivée sur le parcours de la randonnée, je suis rapidement arrivée sur un chemin empierré bordé de champs et de tâches d’arbres. Puis la forêt où il fait tout de suite plus frais. Très rapidement j’ai croisé des animaux sauvages. Deux chevreuils et un jeune cerf. Le spectacle est magnifique, on s’arrête et on observe l’animal quelques instants avant de le voir disparaître dans la densité végétale. J’ai même eu le temps de prendre en photo un chevreuil qui se trouvait sur le chemin et qui ne m’avait pas vue arriver. C’est vraiment pour ce genre de moment que j’aime marcher dans la nature.
La rencontre humaine
Je n’ai rencontré qu’un homme pendant ma randonnée (rassurant? tout est subjectif). Le type m’a vraiment fait flipper car quand je l’ai aperçu il était agenouillé au sol – flippant – et qu’il n’avait clairement pas l’air d’être un randonneur – encore plus flippant. Mais après s’être salués et avoir parlé quelques minutes ensemble j’ai rapidement compris son comportement qui m’avait paru douteux au départ. Il était simplement en train de cueillir du thé d’Aubrac (la plante préférée des aubracois). Au moment de repartir j’ai quand même gardé l’oeil ouvert et me suis retournée quelques fois. Rappelez-vous: la peur permet d’être attentive, sans elle vous êtes potentiellement foutue. Une chose que j’ai regretté d’avoir dit dans le quart de seconde qui a suivi c’était « vous êtes la première personne que je rencontre depuis le début de ma randonnée ». Je pense qu’il vaut mieux ne pas laisser comprendre à la personne que vous êtes potentiellement les deux seuls êtres humains aux alentours. Car si la personne est mal intentionnée, elle va rapidement se dire « c’est bon je suis tranquille pour l’embêter ».
pierre et signalétiquesignalétique sur arbre
signalétique sur arbrechamps de fleurs sauvages

Les sentiers mal balisés
Il m’est arrivé plusieurs fois de devoir retourner en arrière car j’avais perdu de vue le balisage – notamment pour un qui devait me faire tourner  mais caché derrière une masse végétale et dont le sentier ressemblait plus à un chemin d’animaux qu’à autre chose – ou encore parce qu’il y avait eu coupe d’arbres laissés en plein milieu du chemin que je devais emprunter. C’est un aspect assez récurant surtout lorsqu’il s’agit de petites randonnées peu fréquentées. Le chemin de Saint Jacques de Compostelle est beaucoup plus simple à emprunter puisque très souvent foulé. A cause de ces chemins mal balisés, ma randonnée s’est rallongée d’1h30 car j’ai dû faire marche arrière à 3 reprises. Mais cela m’a permit de me rendre compte que j’avais un mental d’acier et que j’étais plus patiente que je ne pouvais l’imaginer.
Compte-rendu 
Je ne regrette absolument pas d’avoir sauté le pas. Cette randonnée a été une véritable bouffée d’air frais pour moi. L’avantage lorsqu’on part seul, c’est qu’on peut marcher à son propre rythme, s’arrêter quand on veut notamment pour prendre des photos sans embêter les autres qui voudraient continuer, mais aussi et surtout se retrouver face à soi. C’était un pur moment de méditation. et j’ai déjà à nouveau envie de repartir seule!
S’il y avait quelques petites choses à améliorer, j’aurai préféré avoir une couverture de survie en cas de pépin car elle prend peu de place et permet de rester au chaud sans avoir à faire un feu. Car le feu il faut l’entretenir toute la nuit, c’est potentiellement dangereux dans les régions sèches en été et ça peut attirer l’oeil d’une personne mal intentionnée.
J’aurai également téléchargé une application type gpx viewer sur mon smartphone au cas où je me serais perdue dans un des nombreux endroits où le téléphone capte très peu ou même pas du tout. Cela permet de télécharger une carte de son parcours et de pouvoir la regarder même en étant hors ligne.

J’ai carrément oublié d’emporter du papier toilette! Bien que j’aurai facilement fait preuve d’imagination en cas de grosse commission, quelques feuilles de papier toilette sont toujours agréables à avoir sur soi. 

autoportrait
sac, carte et chapeau de pailleroche

Mes conseils
Faire:
– Bien préparer sa randonnée
– Bien s’équiper
– Prévenir une personne de son départ, de son parcours et de l’heure prévue de retour
– Prévoir plus de nourriture en cas de pépin
– Avoir de quoi faire bouillir de l’eau en cas de pénurie d’eau potable
– Avoir de quoi se défendre en cas de mauvaise rencontre
Ne pas faire:
– Tenir compte de sa position sur une application
– S’éloigner du chemin de randonnée (sauf si vous vous sentez suivie)
– Un feu ou installer une tente qui ne puisse pas se camoufler
Et si vous avez toujours un peu peur de partir en randonnée seule, pourquoi ne pas faire un bout du chemin de Compostelle? Même si vous n’êtes pas croyant, c’est un joli chemin. Une partie passe dans ma région et est sur une ancienne voie romaine. L’avantage c’est que ce chemin est blindé de pèlerins, vous aurez donc un senti de sécurité plus fort! 
Avez-vous déjà randonné seule?
Auriez-vous des conseils à donner à celles qui voudraient sauter le pas?
N’hésitez pas à partager votre expérience!

Voyage zéro déchet: Toulouse

Non classé
Ma mère avait besoin de se rendre aux archives départementales de la Haute Garonne à Toulouse afin de faire des recherches sur un ancêtre Ruthénois (de Rodez en Aveyron) mort à Toulouse au début du XVIIIème siècle. C’était donc pour nous une super opportunité de visiter à nouveau la ville de Toulouse. La dernière fois c’était il y a plus de 15 ans. Nous ne sommes restées qu’une journée mais elle fut riche en visites. Voici donc mon récit et les adresses que nous avons visitées.
Canal du MidiPetite maison toulousaine

L’avantage avec les Archives départementales de la Haute-Garonne, c’est qu’elles se trouvent le long du canal du midi. Nous avons donc pu faire d’une pierre deux coups et se balader un moment au bord de l’eau et profiter de la fraîcheur des arbres qui l’arborent bien que ce jour il ne faisait pas très chaud. On avait d’ailleurs bien choisi notre journée car on supporte difficilement la chaleur. De jolies péniches flottent le long des berges, on s’y sent vraiment bien. 
Plat vegandevanture Sovaga
Pour déjeuner, j’avais lancé un appel sur instagram afin d’avoir vos avis quant aux restaurants vegan friendly de la ville. Vous avez été très nombreux à me répondre et je vous en remercie du fond du coeur. Il a malheureusement fallu faire un choix parmi tout ce qui m’avait été proposé et il s’est arrêté sur Sovaga situé à proximité du Capitol. On y trouve des options végétariennes, véganes et sans gluten. Les prix peuvent paraître élevés pour quelqu’un du coin mais étant parisienne (c’est bien connu on se fait bien saigner le porte-monnaie à la capitale), les prix étaient selon mon expérience honnêtes. Ma mère a choisi un menu avec une salade composée végétarienne et moi le burger vegan accompagné de légumes et salade. Nous avions également chacune une boisson à l’orange et aux graines de chia et en dessert une pana cotta à la noisette. C’était doux, frais et on a mangé à notre faim alors je ne peux que vous recommander cet endroit. 
Sovaga 
14 rue des Lois
31000 Toulouse
Ouvert du mardi au samedi
de 12 à 18h45
Vrac Ceci et CelaPanier de courses zéro déchet

En faisant une promenade dans le quartier du capitol nous avons fait un crochet à la boutique zéro déchet Ceci et Cela. Ma mère n’ayant qu’un Intermarché et une petite épicerie bio à proximité de chez elle, en a profité pour se ravitailler en semoule et riz camarguais et a aussi fait l’acquisition de ses premières brosses à dents en bambou (fierté). Elle a aussi pris une bonne bouteille de vin blanc pour un futur dîner entre amis. Pour ma part j’ai surtout craqué sur des produits que je ne trouve pas forcément en Biocoop dans mon quartier. J’ai pris du riz camarguais rouge, du petit épeautre et des pâtes aux cèpes ainsi qu’un savon à la lavande de la savonnerie Herbe Folle estampillé Nature et Progrès. On a été très bien accueillies dans cette boutique alors je sais où aller la prochaine fois que je reviendrai à Toulouse. On trouve tout ce dont on a besoin pour un quotidien zéro déchet et bio. Protections féminines, produits d’hygiène, produits d’entretien, accessoires pour la vaisselle, aliments secs et frais, boissons, tout y est!
Ceci et Cela
7 rue Baour Lormian
31000 Toulouse
Ouvert du lundi au samedi
de 10h à 20h
Jardin japonaisJardin japonais

Nous avions peu de temps alors pour changer des traditionnels jardins botaniques nous avons préféré visiter le jardin japonais de la ville. S’il est pris d’assaut lorsqu’il fait beau, il reste agréable à visiter, un véritable voyage à l’autre bout de la planète sans faire plusieurs heures d’avion. On retrouve tous les aspects des jardins japonais allant du jardin zen au traditionnel pont tout en passant par les célèbres niwaki (arbustes taillés signifiant arbres jardin). 
Jardin japonais de Toulouse
situé au sein du jardin Compans Caffarelli
Bd Lascrosses
31000 Toulouse
CarrouselToulouse

Nous avons adoré cette visite de la ville rose bien que nous soyons plus fans de forêts et lieux dépeuplés. Les gens avec qui nous avons parlé étaient tous très gentils et beaucoup plus serviables que certains à Paris. Je ne sais pas si c’est la ville qui veut ça mais on s’est senties comme transportées ailleurs. Et sinon, ma mère a trouvé le document qu’elle cherchait sur notre ancêtre bien qu’il lui reste quelques mystères qui ne seront probablement jamais résolus! Cela m’aura permis par la même occasion de voir un peu comment se passe le travail de généalogie que fait ma mère et les sublimes archives d’époque.
Avez-vous déjà visité la ville de Toulouse? Quels souvenirs avez-vous gardé?

Minimalisme: Cafetière à piston multifonction

Non classé
Quand on se lance dans le zéro déchet et le minimalisme, bon nombre de personnes se séparent de leurs machine à dosettes et reviennent vers des basiques comme la fameuse cafetière à piston ou en anglais « french press » pour faire leur café. Mais saviez-vous qu’il est possible de faire autre chose que du café dans une cafetière à piston? C’est ce que j’ai testé pour vous et voici le résultat!

Thé

Aussi bête que cela puisse paraître, on peut aussi faire du thé dans une cafetière à piston. Il suffit juste de déposer au fond quelques pincées du thé de votre choix, ajouter de l’eau portée à ébullition, fermer le couvercle sans pour autant baisser le piston et laisser infuser quelques minutes. Une fois que c’est infusé, vous pouvez baisser le piston jusqu’en bas et voilà, vous n’avez plus qu’à boire votre thé en bonne compagnie ou alors seul devant votre écran d’ordinateur en écrivant vos futurs articles car la chaleur tient assez longtemps!
Lait végétal
Certes vous pouvez le faire avec n’importe quel tissus et contenant mais pour le coup, je trouve que ça fait moins de bazar! En revanche pour cette action, il faudra presser lentement car les morceaux de noix mixés restent assez épais. Pour ce faire il faudra suivre n’importe quelle recette de lait végétal et au moment de devoir séparer le liquide des morceaux, verser le tout dans votre cafetière à piston, fermer le couvercle et baisser le piston (lentement hein) jusqu’à toucher le fond. Une fois chose faite, vous n’aurez plus qu’à transvaser le lait dans une bouteille et récupérer les morceaux au fond pour les réutiliser en pâtisseries.
Jus de bissap
Le jus de bissap est une boisson rafraichissante africaine à base de fleurs d’Hibiscus séchées. J’utilise la recette de Senecuisine sauf que je divise les quantités par deux pour la contenance de ma cafetière à piston. Je réalise donc toute la recette dans ma cafetière et une fois terminée, je presse le piston afin de faire descendre au fond les fleurs et les feuilles de menthe. Lorsque le jus de bissap est suffisamment refroidi, je peux le conserver au frigo dans ma cafetière.

 Citronnade infusée aux fleurs de sureau

Vous pouvez même faire une simple citronnade mais celle infusée aux fleurs de sureau a été mon petit pêché mignon cet été. Comme pour le jus de bissap, suivez ma recette en la réalisant dans la cafetière. Mettez-la au frigo sans le couvercle et laissez infuser pendant au moins 48h mais 72h c’est le top! Une fois infusé, vous pouvez à ce moment fermer le couvercle et descendre le piston afin d’empêcher les fleurs et les pépins du citron d’aller dans votre verre au moment de vous servir.

 Et vous, vous avez aussi des objets multifonction à la maison? 
Les photos utilisées viennent de Pinterest. Il est donc difficile de retracer l’auteur d’origine. Si j’ai utilisé une de vos photos pour cet article, n’hésitez pas à vous manifester.