Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Ma garde-robe éthique #2

Il y a un an, je vous présentais les premières pièces de ma garde-robe éthique. Et depuis, il s’est passé beaucoup de choses. J’ai fait des rencontres extraordinaires et ai eu des échanges enrichissants avec de nombreuses marques du monde de la « fair fashion ». Derrière ces marques se cachent des personnes engagées et je tiens tout d’abord à les remercier pour ce qu’ils-elles font pour changer le monde de la mode. Partons maintenant à la découverte des nouveaux vêtements que comportent ma garde-robe éthique!

Top en lin La Révolution TextileTop en lin La Révolution Textile

Haut bordeaux 100% lin, La Révolution Textile

J’ai déjà consacré un article à cette marque mais je vais tout de même vous faire un petit résumé. La Révolution Textile est probablement la marque de mode éthique la plus transparente que j’ai pu tester jusqu’ici. On trouve sur le site toutes les infos possibles allant de la culture du lin en France jusqu’à la production des vêtements au Portugal. Mon haut est vraiment très agréable à porter et sans vouloir passer pour une crado, je l’ai porté 3 jours d’affilé sans qu’il ne se mette à sentir mauvais au niveau des aisselles. Le lin est devenu grâce à cette marque ma nouvelle matière préférée!

Sous-vêtements Ama EllaSous-vêtements Ama Ella

Ensemble culotte et soutien gorge 100% coton biologique, Ama Ella

Ma relation avec Ama Ella part d’une proposition de partenariat pour tester une de leurs culottes. J’ai été tellement charmée par leurs modèles, leur éthique et les échanges riches avec Julie que j’ai par la même occasion commandé un soutien gorge. Ce qui me plait chez Ama Ella, c’est le côté confortable de cet ensemble mais également ces jolis motifs floraux qui rendent la mode éthique chic! C’est vraiment mon ensemble de lingerie préféré. Vous pouvez lire mon article sur la marque si vous souhaitez en savoir plus.

Jean 1083Jean 1083

Jean 100% coton biologique, 1083

J’ai connu 1083 via Laetitia de la marque Lamazuna parce que c’est son chéri qui est derrière cette super marque! On y trouve des chaussures (une paire végane) et des jeans en coton bio et 100% made in France. Le miens est un fuselé taille haute. Et son gros point fort c’est que c’est un vrai jean! Pas un pantalon stretch qui ressemble faussement à un jean. On sent tout de suite qu’il n’est pas prêt de s’user et c’est ce que l’on attend d’une marque éthique en 2018!

vêtements en lin Not Perfect Linenvêtements en lin Not Perfect Linen

Combinaison, T-shirt et haut manches 3/4 100% lin, Not Perfect Linen

Je suis tombée en amour pour cette marque il y a un peu plus d’un an. Mais je dois avouer qu’avec de petits moyens, il faut savoir faire des choix alors j’avais repoussé ma commande. Une fois l’argent de Noël et de mon anniversaire économisé, j’ai enfin décidé de craquer pour une grosse commande chez eux. Not Perfect Linen est une petite entreprise familiale basée en Lituanie. Leur lin est certifié Oeko Tex et dans des couleurs toutes aussi belles les unes que les autres. J’ai craqué pour la combinaison Barcelona en Bordeaux, le T-Shirt Hamburg à rayures noires et blanches ainsi que le top à manches 3/4 Leaf en noir. J’ai déjà quelques idées pour une prochaine commande mais ça ne sera probablement pas pour tout de suite. En même temps je trouve que j’ai déjà pas mal de vêtements éthiques pour la belle saison.

chaussures ethleticchaussures ethletic

Tennis et ballerines coton et latex, Etheltic

L’engagement de cette marque de chaussures de sport m’a tout de suite plu. Ce n’est pas seulement une marque de mode éthique mais elle est également végane et utilise du latex certifié FSC (garantissant la gestion durable des forêts) et labellisée Fair Trade. J’ai choisi cette paire de tennis à semelle noire et une paire de ballerines pour les jours où je souhaite arpenter les rues de Paris tout en ayant les pieds à l’air. Petit conseil au moment de passer commande, la paire de tennis est à la bonne taille mais je vais devoir ajouter une semelle pour les ballerines car bien que j’ai suivi le guide de taille elles sont un peu trop grandes (allez savoir pourquoi). En tout cas j’en suis ravie, on y est vraiment bien dedans, parfaites pour la belle saison!

Je reviendrai très bientôt pour un nouvel article car ma garde-robe, ces derniers mois, s’est remplie de nombreuses pièces éthiques (tout en restant minimaliste). J’ai hâte de vous présenter les marques, ce qui m’a plu chez elles et les vêtements que je porte au quotidien. J’aimerai vous faire des articles look mais je ne suis plus autant à l’aise avec les séances shooting qu’il y a encore quelques années. Ça viendra!

Connaissez-vous ces marques? Avez-vous des vêtements de chez elles?

* Produits offerts par les marques sauf vêtements Not Perfect Linen et Soutien-gorge Ama Ella

Publicité

Mode éthique: Ama Ella lingerie

Soutien-gorge Ama Ella
Mon triangle bra « Delicate » – Sittelle torchepot de dos
Lorsqu’on parle de mode éthique, on pense rarement aux sous-vêtements alors que c’est le premier tissu qui touche notre peau lorsqu’on s’habille (ou alors c’est que vous êtes Superman). Il y a quelques mois j’ai fait la découverte de la marque Ama Ella lingerie dont je suis tombée directement amoureuse de part leur collection minimaliste et leur motif floral adorable…
Julie, l’une des deux fondatrices de cette marque, m’avait proposé d’essayer une de leurs culottes et j’étais tellement fan que j’ai également commandé le soutien gorge qui va avec! Leurs sous-vêtements sont faits uniquement à partir de coton GOTS et OEKO-TEX certifié bio, non OGM ce qui veut dire qu’il n’y a pas d’utilisation d’engrais chimiques ni de pesticides et donc moins d’eau et d’énergie utilisée pour sa production.
Mais ce n’est pas tout. Ama Ella est également une marque de sous-vêtements éthique qui ne fait fabriquer ses pièces qu’en Europe. Par exemple, ma culotte est fabriquée au Portugal et mon soutien gorge en Angleterre dans un atelier social à but non lucratif qui emploi des jeunes femmes pour leur apprendre à développer leur savoir-faire au sein de l’industrie textile (ils ont aussi un atelier en Espagne). La marque favorise l’emploi local et a une politique de sécurité et de santé très stricte via l’Organisation internationale du travail (IOL), agence spécialisée de l’ONU: traçabilité de production,  pas d’esclavage moderne ni de travail d’enfants, salaires décents, sécurité au travail, respect et dignité. 
Lara et Julie les fondatrices d'Ama EllaUne des couturières de la marque
Lara et Julie, les deux fondatrices d’Ama Ella – Une couturière avec le sigle « I made your clothes »

Ce qui me plaît chez Ama Ella en dehors de ces critères, c’est le fait que leurs sous-vêtements sont, en plus d’être très confortables, magnifiques! J’ai jusque là vu peu de marques de lingerie bio et éthique sortir des basiques. Bien que les basiques soient également utiles, j’aime aussi avoir un ensemble chic et romantique. Car on s’habille pour les autres mais aussi pour soi! Les petits plus dans leurs sous-vêtements, c’est la doublure du tissu du soutien gorge qui évite le problème des seins qui pointent lorsqu’il fait un peu froid, de plus, il n’y a pas d’étiquette bien gênante comment on les connait mais un logo inscrit à l’encre à l’intérieur et ça c’est vraiment top!

Depuis, je fais parti de leurs ambassadrices, vous pouvez lire mon profil: ici (anglais seulement) et j’ai également contribué à leur blog pour un article en anglais: 5 tips for a zero waste lifestyle. J’ai toujours été très difficile avec les vêtements et sous-vêtements et je suis d’autant plus exigeante maintenant que je cherche à limiter mon impact environnemental et social. Alors je suis vraiment ravie lorsqu’en plus de trouver la perle rare, un lien aussi fort se crée entre une marque et moi. Vous l’aurez compris, Ama Ella et moi c’est le début d’une grande histoire d’amour!

Sittelle TorchepotCulotte Ama Ella
Sittelle Torchepot de face – Ma culotte « Sweet »

Qu’est-ce qui compte le plus pour vous dans une marque de sous-vêtements?
* Culotte offerte par la marque

Mode éthique: Mon pull en laine de bananier

Pour mon cadeau de Noël, j’avais demandé à ma maman qui a un grand talent de couturière et de tricoteuse de me confectionner un pull pour l’hiver car je n’en avais qu’en synthétique, matière que je ne supporte plus car elle garde parfois mes odeurs de transpiration. Étant dans une démarche végane, je lui avais demandé de la faire à partir d’une laine pas comme les autres, celle en fibre de bananier. Si cela attise votre curiosité, la suite risque de vous intéresser!

Autoportrait pull en bananierLuge

Dans ma recherche de fibres véganes et naturelles, je suis tombée sur ce site: Belle Laine qui ne propose que des laines naturelles. Certaines sont 100% françaises et d’autres issues du commerce équitable. Il y a bien sûr la traditionnelle laine de mouton, en un peu plus originales alpaga, chameau, yack mais on y trouve également des fils d’ortie, de lin, de chanvre et le dernier abaca, bananier textile sur lequel j’ai jeté mon dévolu tellement la laine avait l’air douce et épaisse en visuel.

Les fils d’Abaca sont obtenus en filant de la fibre de bananier textile en Inde de manière artisanale ainsi que dans le respect du commerce équitable et de l’environnement. Il s’agit donc d’un fil 100% végétal adapté aux végans issu de bananiers cultivés aux Philippines et en Équateur. On appel également sa fibre Chanvre de Manille et elle est obtenue par un procédé écologique nommé rouissage (trempage de la plante dans l’eau).
Trois types de fils sont disponibles pour cette variété: le laineux, le duveteux et la soie d’Abaca. J’ai jeté mon dévolu sur le duveteux tellement il avait l’air « fluffy » et je ne suis pas déçue sur ce point car après quelques lavage il est toujours aussi doux! Bien loin de la chaleur des pays tropicaux où poussent ces bananiers, leurs fibres sont vraiment très agréables et chaudes à porter ici en hiver.
Autoportrait pull en bananierPull en bananier

En revanche, faites bien attention, et c’est stipulé sur le site, le laineux a tendance à se détendre au lavage. Bien que ma mère ai tricoté mon pull un peu plus court que ceux que je porte habituellement, la laine s’est détendue, si bien que j’ai dû faire un ourlet au niveau des manches. Mais ça reste un détail qui s’avère donner un peu de plus d’originalité à mon pull! Je suis vraiment ravie de cette alternative aux laines issues de l’élevage animal et bien qu’elle ne soit pas produite en France, le commerce équitable est un très bon compromis! Alors, tricoteurs et tricoteuse, à vos aiguilles!
Vous avez déjà essayé le tricot à partir de fibres végétales?
Je serais curieuse d’avoir vos retours!
PS: Encore un immense merci à ma maman chérie pour ce joli pull qui a une énorme valeur à mes yeux. On chéri toujours plus un objet qui a été confectionné avec amour et celui-ci fait réellement parti de mes pièces préférées dans ma garde-robe d’hiver!

Mes bonnes adresses à Paris #1

Jusqu’ici je n’avais pas encore eu l’idée de vous proposer mes bonnes adresses dans la ville qui m’a vue grandir alors que ça paraît pourtant si logique. Alors pour rattraper cette terrible erreur, j’ai décidé de vous faire une petite série d’articles avec mes adresses préférées aussi bien pour se restaurer que pour faire une séance shopping. On reste évidemment dans le thème du zéro déchet, de l’éthique, du vegan (friendly) et le plus possible naturel et bio. J’aurais bien aimé vous faire ce tour par quartier mais ce serait un travail titanesque et j’avoue que je ne suis pas encore prête à m’y mettre. Mais peut-être qu’un jour je trouverai le courage de le faire. En attendant, je vous invite à découvrir ces adresses qui m’ont fait craquer et qui pourraient vous donner des idées la prochaine fois que vous déciderez de visiter la capitale française!


Food & drinks
Installé dans l’ancienne gare de la porte de Clignancourt, ce lieu alternatif renferme un restaurant, un café, un bar, un coin lecture, un atelier de réparation, un potager, un rucher, un poulailler et depuis peu une serre de culture en aquaponie. Le week-end on peut également venir flâner dans l’allée dédiée aux brocanteurs et petits créateurs. J’aime ce lieu car il est très lumineux, décoré à partir de meubles chinés et végétalisé (le coin des Monstera deliciosa est juste sublime). La carte a le mérite de comporter au moins 3 plats végétariens par jour dont 1 plat végétalien. Et depuis peu, ils ont mis en place un week-end par mois un brunch 100% vegan. Les prix sont vraiment abordables et on y mange bien.
Soya est une cantine 100% bio, vegan et avec des option gluten free. Situé dans une petite rue calme près de Goncourt et République, on peut y manger en terrasse lorsque le temps s’y prête. La déco est sobre et naturelle. Avec Chris on aime y bruncher. A propos du brunch, bien que le prix soit relativement élevé, je vous assure qu’on y mange à notre faim (d’ailleurs il s’agit d’un buffet à volonté). Il comporte un jus frais, de quoi se servir en thé et café, des entrées froides à gogo, des lasagnes que je jalouse tellement elles sont délicieuses et des desserts tous aussi bons les uns que les autres. La cuisine y est vraiment raffinée et les serveurs sont très agréables. Si vous venez à deux c’est ok par contre pour un groupe il vaut peut-être mieux réserver à l’avance sur leur site.
Il s’agit là d’un petit resto à hot dogs vegan basé dans le 10ème arrondissement de Paris. Les noms sont assez rigolos comme le Snoop Dog qui est définitivement mon préféré. Le menu est à un prix abordable mais ne venez pas trop tard car les quantités cuisinées sont restreintes alors vous risquez de ne plus avoir trop de choix en fin de service. De plus, la salle à l’étage est assez petite alors ça reste mieux d’y aller en semaine. On peut d’ailleurs y croiser Pierre Niney caché sous sa casquette (ça c’est mon côté groupie). Le seul reproche que j’aurais à leur faire c’est la maltraitance évidente de leurs plantes retombantes. Parce que même si ce sont des espèces de milieux aride, ça ne veut pas dire qu’il ne faut jamais les arroser les gars. Allez, un petit sunday pool party pour ces petites et ce sera un sans faute! Au fait, ils ont ouvert un nouveau lieu pas très loin que je n’ai pas encore essayé mais qui est dans ma liste de choses à faire avant la fin de l’année!
C’est mon salon de thé préféré. J’aime m’y installer de temps à autre pour bloguer. On peut y manger le midi mais les pâtisseries sont vraiment ce que je préfère. Pourtant j’en ai testé des pâtisseries vegan à Paris et je peux vous dire qu’aucun autre cheesecake n’arrive à leur cheville! Mon spot préféré, c’est bien sûr le canapé à gauche de l’entrée avec sa jolie table en bois. Je vous recommande leur curcuma spice latte, leur forêt noire et évidemment leur cheescake!

 Shopping
Alter Mundi

Situé près du métro Filles du Calvaire, cette boutique propose tout un tas d’objets déco, idées cadeaux, bijoux, vêtements, maroquinerie, baskets et jouets éthiques et durables. On y trouve depuis peu quelques vêtements de la célèbre marque Armed Angels et les (presque?) parfaites baskets de la marque française Veja. La qualité est vraiment au rendez-vous, ma gourde A Slice of Green vient de chez eux, mes serviettes Fouta également, bref je suis vraiment satisfaite de leurs choix. Et les prix sont vraiment raisonnables.

Ekyog

Cette marque 100% made in France propose des vêtements pour femme en matières naturelles et/ou recyclées et bien sûr bio. J’ai acquis chez eux un joli pull orné de boutons dorés au début de l’année et je ne m’en sépare pas car il convient aussi bien au printemps qu’à l’automne et l’hiver accompagné d’un bon manteau. Les prix sont assez élevés mais c’est comme ça que ça marche si on souhaite une garde robe écolo et éthique. Cependant, les soldes sont assez intéressantes alors pourquoi ne pas en profiter si vous avez une petite bourse? 

La Trésorerie

Là on est dans des prix vraiment pas abordables mais rien que pour les yeux cette boutique vaut le détour. Le concept, c’est proposer uniquement des objets qui sont utiles à la maison. Donc pas de bibelots et attrapes poussière ici! Je suis mauvaise langue quand je dis que ça n’est pas abordable parce que les prix sont assez variés. Mais comme il s’agit d’objets de qualité, pas de petits prix. Ma sauteuse en inox vient de chez eux et j’ai également deux jolis mugs en verre aux lignes épurées. Le gros plus c’est le coin avec toutes les brosses à vaisselle et l’espace droguerie écologique. Le paradis des zero wasters!

Dada 

Dada est une boutique Biocoop située rue de Paradis qui à mon goût ressemble un peu à la Grande Épicerie du bio. Parce que le lieu est sublime et parce que les prix sont avouons-le un peu plus élevés que dans n’importe quelle autre Biocoop. Mais alors pourquoi je l’aime plus que les autres? Parce qu’ils ont un coin traiteur avec des options vegan et pour les personnes intolérantes au gluten proposant beaucoup de salades composées, de tartines, de tartes salées et sucrées et de pâtisseries. Le coin primeur est aussi assez sympa car ils proposent souvent des fruits et légumes que l’on ne trouve pas forcément ailleurs et je ne parle pas forcément de choses cultivées à l’autre bout du monde! Et c’est aussi là que je vais faire mes courses quand je squatte chez mon amoureux car à choisir entre Carrefour Bio, Bio C Bon et Dada, bah y a pas photo en terme d’éthique!

Connaissez-vous certaines de ces adresses?
N’hésitez pas à partager votre avis, je suis très curieuse! 
 

Juste: La révolution textile

Depuis que je m’intéresse à la mode éthique, je découvre que beaucoup de marques dans le monde proposent des vêtements et accessoires à la hauteur de mes attentes. C’est-à-dire fabriqués à partir de fibres végétales, parce que tous les dérivés du pétrole ne correspondent pas à mon mode de vie zéro déchet et surtout parce qu’elles sont véganes. Mais j’affectionne d’autant plus celles qui font preuve de plus de transparence et qui se soucient de la juste rémunération de leurs employés. La marque La révolution textile rassemble tous ces critères et en plus de ça elle utilise un végétal on ne peut plus local: le lin. Zoom sur cette marque française.

Myriam est la fondatrice de la marque La révolution textile. Aussi loin que remontent ses souvenirs, elle a toujours voulu travailler dans le monde de la mode féminine. Elle a étudié le japonais ce qui lui a permis entre autre de travailler en tant que chef de projet culturel à l’institut franco-japonais mais elle a finalement décidé de reprendre ses études de mode et le processus était enclenché pour la suite. Mais Myriam n’est pas qu’une créatrice comme on en croise des centaines, elle a de vraies valeurs. De ces valeurs est donc née la Révolution textile. Une marque « écolo, locale, juste et 100% transparente ».

Tout commence par le choix de la fibre. Le lin. Cette plante herbacée est la seule originaire d’Europe de l’Ouest. Son atout c’est l’absence de besoin en irrigation, en effet elle pousse toute seule avec l’eau de pluie et en plus elle ne demande quasiment pas de traitements chimiques (engrais et produits phytosanitaires). Du champ au vêtement en passant par le tricotage et la teinture, la marque détaille toutes les étapes sur son site.

Une fois le produit fini, on a un vêtement doux et confortable à porter. Le lin a le mérite d’être hypoallergénique et antibactérien. J’ai porté mon haut 3 journées d’affilé sans le laver et il ne sentait quasiment pas la transpiration contrairement aux mêmes hauts fabriqués par les grandes marques de la fast fashion à partir de dérivés du pétrole qui pour ma part gardent les odeurs de transpiration même lorsqu’ils sont propres… Les modèles sont basiques et donc intemporels ce qui permet de ne pas s’en lasser trop vite. Car le plus gros problème de la mode de nos jours c’est la présence de dizaines de collections par saison alors qu’avant il n’y en avait que 4 par année.

Dans un souci de transparence, la marque détaille le coût de fabrication sur son site. Les productions se font en France et au Portugal car la délocalisation à la recherche du coût de production le plus bas ne fait pas partie de leur philosophie de vie. Chaque personne employée par la marque est donc rémunérée dignement. Et pas de soldes pratiqués car les prix sont fixés au minimum possible tout au long de l’année pour justement permettre au plus grand nombre d’acquérir leurs pièces sans y laisser un rein!

Ma première pièce en lin certifié Oekotex n’était pas un vêtement mais des draps offerts par ma maman à Noël l’année dernière, j’avais été surprise par tant de douceur, de chaleur les nuits froides et de fraîcheur les nuit d’été. Le fait de poursuivre avec un vêtement comme le joli pull rouge bordeaux « Ella » n’a fait que confirmer mon attachement pour cette matière et je pense que ma garde-robe va à l’avenir se garnir de plus en plus de lin.

Dômo arigato gozaimashita*, Myriam. 
Merci de partager avec nous ta passion pour la mode éthique 
et de m’avoir fait confiance tout au long de nos échanges!


*merci beaucoup en japonais